Rugby à VII : Et après le SuperSevens ?

Posté par K. D. le 14 novembre 2021

l’In Extenso Supersevens s’est achevé hier par la consécration des Barbarians Français. 20 000 personnes étaient réunies dans l’enceinte de la Défense Aréna et se sont vu offrir un show haut en couleur.

La Ligue Nationale de Rugby ne cache pas son ambition pour le rugby à VII. le président de la LNR René Bouscatel évoquait il y a peu dans une interview accordée à rugbyrama son souhait de créer une troisième compétition après le Top 14 et la Pro D2 et selon lui :

« C’est dans l’intérêt du développement du rugby à VII, pour mieux former les joueurs à 7. Dans le but immédiat des Jeux Olympiques 2024 à Paris. Le rugby à VII, c’est une discipline à part, différente. C’est un complément au rugby à XV mais aussi une promotion. Elle est un élément de spectacle indispensable de nos jours. J’ai l’impression que les prémonitions de Max Guazzini étaient les bonnes. Il avait raison, il faut du spectacle. De part sa dimension, de part son format, on voit beaucoup de spectacle dans le rugby à VII.« 

Reste maintenant à convaincre les clubs de Top 14 et de Pro D2 de s’impliquer dans l’aventure , René Bouscatel confiait à rugbyrama ses espoirs :

« J’espère que les clubs de Top 14, et j’espère un jour de Pro D2, arriveront à aligner des équipes de rugby à VII. C’est même très important pour le développement des joueurs de rugby à XV. Regardez la Nouvelle-Zélande, ils ont commencé avec le 7, on voit l’importance. Mais attention, c’est une discipline autonome. Mon souhait le plus cher, c’est de créer une troisième compétition. Là, c’est une phase intermédiaire. Les choses vont évoluer rapidement. Les clubs vont être de plus en plus intéressés. Les clubs veulent des compétitions, des victoires. »

Le pari semble bien compliqué en l’état actuel même si il fait des émules. L’ailier international du Racing 92 Teddy Thomas exprimait à l’équipe récemment tout l’intérêt de cette discipline :

« Dans l’hémisphère sud, on voit que tous les joueurs passent par le 7. C’est une super école pour évoluer à 15. C’est très enrichissant pour basculer avec les pros, j’espère que de plus en plus de joueurs le feront. »

Toujours est il que pour le moment ces étapes de rugby à VII interfèrent avec les plages de préparation des clubs et tous n’ont pas l’envie d’y engager leurs joueurs stars . Si l’obligation d’envoyer à minima deux joueurs pro a été respectée , les équipes étaient bien souvent composées d’espoirs et de seconds couteaux.

Commentaires