Mignoni répond à Boudjellal: « Il parle facilement devant les micros. Mais quand on est face à face, il parle beaucoup moins. »

Posté par redacteur le 6 septembre 2019

Mourad Boudjellal avait été le premier à lancer les hostilités. Le président du RCT avait accusé les anciens joueurs du RCT partis au LOU d’être « pas loin » de  « mercenaires ».

« Il y a des gamins en face qui sont nés à Toulon, qui ont été formés à Toulon, dans d’autres domaines, on les appelle des mercenaires. Je ne dis pas que ce sont des mercenaires, mais pas loin. C’est bien beau de jouer contre Toulon, de pavoiser à Mayol en se tapant la poitrine en disant que l’on va gagner à Toulon. C’est beau aussi de venir en été parce qu’avec l’argent qu’on gagne à Lyon, on se paye une maison dans le Var, parce que c’est là qu’on est né. Moi, ce n’est pas ma façon de voir la vie. Je dois sûrement être un peu utopiste… « 

Et la réponse de Pierre Mignoni, le coach du LOU ne s’est pas fait attendre.

« Ça me désole, parce qu’on parle de famille, de vrais joueurs toulonnais. Ce n’est pas bien. Nos familles, elles sont à Toulon. On a une culture forte de ce club. On a grandi dans ce club. On a été élevé dans ce club par des gens qui nous ont inculqué le respect et la fierté. Est-ce qu’on est des mercenaires ? Non ! Est-ce qu’on est des hommes fiers ? Oui. Mais parce qu’on est des vrais Toulonnais. Pas des gens qui parlent à travers un micro. Et il n’y a pas de haine du tout. La haine, c’est lui qui l’attise, et ce n’est pas bien. Mais ça, je lui dirai entre quatre yeux. Pas devant des micros. Parce que je le connais. J’ai travaillé avec lui, pour lui. Il parle facilement devant les micros. Mais quand on est face à face, il parle beaucoup moins. « 

Commentaires