Les joueuses transgenres interdites de compétions féminines en Irlande!

Posté par K. D. le 11 août 2022

Les fédérations anglaises de rugby à XIII et rugby à XV avaient annoncé le mois dernier que les joueuses transgenres nées de sexe masculin ne pourraient plus participer aux compétitions féminines dès la saison prochaine.

Une interdiction qui faisait suite à la déclaration de la secrétaire britannique à la Culture, Nadine Dorries qui considèrait qu’il est  « intrinsèquement injuste » de permettre aux athlètes nés de sexe masculin de concourir dans des catégories féminines et que le sport avait « esquivé » la question pendant trop longtemps.

Les deux fédérations ont justifié cette décision en avançant des « éléments scientifiques » ainsi que des questions de sécurité :

« la recherche a fourni des preuves que les différences physiques entre les joueurs nés de sexe masculin et féminin et que les avantages en termes de force, d’endurance et de physique apportés par la testostérone et la puberté masculine sont’ ’significatifs’’ et conservés même après la suppression de la testostérone ».

C’est désormais au tour de l’Irlande d’emboiter le pas de l’Angleterre et la fédération Irlandaise de rugby à XV (IFRU) a pris la même décision :

« seules les joueuses enregistrées comme femmes à la naissance seront autorisées à participer aux rencontres »

Le journal La Dépêche rapporte que ce changement de règle n’affectera que deux joueuses inscrites en Irlande, l’IRFU a déclaré les avoir contactées pour leur offrir d’autres moyens, tels que des formes de jeu sans contact, d’arbitrage et d’entraînement.

‘Il s’agit d’un domaine particulièrement sensible, et il est important que le respect soit témoigné à tous les membres de notre famille du rugby et à la communauté au sens large. 

Des recherches récentes fournissent des preuves qu’il existe des différences physiques entre les personnes dont le sexe défini à la naissance est masculin et le sexe qui défini à la naissance comme féminin. Les avantages en termes de force, d’endurance et de physique apportés par la puberté masculine sont significatifs et conservés même après la suppression de la testostérone.

La nouvelle politique, qui est conforme à celle de World Rugby, de la RFU et d’autres instances dirigeantes, signifiera que le rugby de contact pour les joueurs de la catégorie féminine est limité à ceux dont le sexe a été enregistré comme féminin à la naissance.

Dans la catégorie masculine, les joueurs dont le sexe est enregistré à la naissance comme étant féminin peuvent continuer à jouer s’ils fournissent un consentement écrit et qu’une évaluation des risques est effectuée.’

L’IRFU est parfaitement consciente qu’il s’agit d’un domaine sensible et difficile pour les personnes impliquées et la communauté LGBT + au sens large et continuera à travailler avec les personnes touchées, en fournissant un soutien pour assurer leur implication continue dans le jeu. »

Commentaires