Temps forts

21/10
Crédit photo : D.R.
Bayonne / Grenoble / Montpellier
21/10
Crédit photo : D.R.
Racing-Metro-92
21/10
Crédit photo : D.R.
Grenoble
21/10
Crédit photo : D.R.
Brive
21/10
Crédit photo : D.R.
Toulon

Les gros coups

  • Adam Ashley Cooper, qui vient de fêter sa 100e sélection avec les Wallabies, a annoncé lui même son intention de venir en France après la Coupe du monde. 

  • En fin de contrat avec la Fédération néo-zélandaise à l'issu de la Coupe du monde, Ma'a Nonu ne sait pas où il jouera la saison prochaine. 

  • Si le Stade Français est plutôt calme sur le marché des transferts et n’a pas encore bougé en vue de la saison prochaine, le club de la capitale travaille surtout à conserver son effectif. 

  • En fin de contrat à l’issue de la saison, Scott Spedding ne devrait pas poursuivre sa carrière à Bayonne. 

Débats

  • Champion de France et double Champion d’Europe en titre, le Rugby Club Toulonnais a terminé la dernière saison en trombe, impressionnant de maitrise en phases finales.

  • Très ambitieux à l’aube de la saison dernière, le Stade Français, par le biais de son président Thomas Savare, s’était montré très entreprenant sur le marché des transferts.

  • De saison en saison, Montpellier s’affirme comme une grosse écurie du Top 14 et pour cause. Le club du président Altrad, en plus de pratiquer un jeu flamboyant, a les moyens de ses ambitions, pouvant lutter sur le plan financier avec les Toulon, Clermont et autre Toulouse.

  • Après avoir gagné sa place en Top 14 au terme d’une finale d’accession magistralement maitrisée face à Agen, le Stade Rochelais débarque au sein de l’élite avec le statut de « petit poucet », tant le championnat n’a jamais semblé aussi homogène.

  • Il est vrai qu’à l’entame de ce Top 14 version 2014-2015, l’optimisme n’est pas spécialement de mise sur les bords de la Nive.

  • Le FCG est l’une des bonnes surprises de ce début de championnat. Comme depuis deux saisons. Sauf que lors des deux précédents exercices, les hommes de Fabrice Landreau se sont effondrés (aucune victoire lors des sept dernières journées), tant et si bien qu’il avait fallu attendre l’ultime journée l’an dernier pour être assuré du maintien des Isérois en Top 14.