Montpellier : Galthié veut "être heureux"

Crédit photo: 
D.R.

Dans une interview accordée à l'Equipe, Fabien Galthié a confirmé qu'il sera l'entraîneur de Montpellier la saison prochaine. L'ancien demi de mêlée sera associé à son ami Eric Béchu. Après plusieurs semaines d'hésitation en raison de sollicitations de plusieurs clubs, Fabien Galthié explique pourquoi il a choisi le MHR. Extraits.

Pourquoi Montpellier ? 
"Les raisons sont diverses. La première concerne Thierry Pérez, le président de Montpellier. Il me rappelle parfois Michel Bendichou, mon regretté président de Colomiers (décédé en janvier 2004). J’aime son approche paternaliste du rugby. Ensuite le club s’est doté d’infrastructures performantes. Ce club a mis en place une politique de formation ambitieuse dont sont issus les Ouedraogo, Picamoles, Trinh-Duc, Tomas, Gorgodze. Et enfin, il y a Éric Béchu, qui a signé comme entraîneur..."

Votre relation avec Eric béchu ?
"Éric a été mon précepteur. Quand j’avais quatorze ans, il était mon éducateur à Colomiers. Une expérience qui m’a marqué à vie parce qu’Éric est quelqu’un qui te regarde dans les yeux et dans son regard, tu as compris ce qu’il veut te dire. Il n’a pas besoin de longs discours. Ses regards m’ont fait prendre conscience que je pouvais avoir du talent dans le rugby. Et per- sonne, avant lui, ne me l’avait jamais dit. Vingt-six ans après, on se retrouve, nos chemins se recroisent. Sympa."

D'autres propositions ?
"J’ai été beaucoup sollicité, et j’ai toujours prêté attention à ces proposi- tions. Mais je marche au ressenti, et mon feeling est plus important que les promesses. Attention, je peux me tromper mais ma décision est guidée par ce que je ressens."

Vos objectifs avec Montpellier ?
"Être heureux. Au pluriel. Je ne suis ni Nadal ni Federer, je parle collectivement, au nom d’un club, de tous les éducateurs, entraîneurs et supporters de Montpellier. Le MHR, c’est mille licenciés ! Moi je repars d’une belle page blanche, dans un club qui travaille depuis vingt ans à grandir. Ensuite, les objectifs, il ne suffit pas d’en parler. Il faut les atteindre."