Top 5 : On a aimé ce week-end...

Crédit photo: 
D.R.

Comme chaque semaine, Rugby-Transferts vous dévoile ses coups de coeur du week-end ovale. En ce week-end du 20 janvier, on a aimé...

1. L'envie et le coeur de Montpellier

Après une semaine marquée par la disparition d'Eric Béchu, les joueurs de Montpellier ont su avoir le supplément d'âme nécessaire pour renverser la montagne toulonnaise. Avec une envie et un coeur énorme, les Héraultais n'ont fait qu'une bouchée d'un pauvre RCT pour finalement l'emporter (23-3) et ainsi se qualifier pour les quarts de finale de la Heineken Cup. Une sacrée performance pour la deuxième participation seulement du MHR à la plus grande compétition européenne.

2. Sept équipes Françaises encore en lice

Trois en Heineken Cup (Clermont, Toulon et Montpellier) et quatre en Challenge Européen (Perpignan, Stade Français, Biarritz et Toulouse). Avec sept représentants encore engagés sur la scène continentale, le rugby français sera bien représenté quand viendra le printemps. Ne reste plus qu'à souhaiter bonne chance à ces équipes pour que la France réalise le doublé H Cup - Challenge Européen.

3. La maîtrise clermontoise

Six victoires en six rencontres, quatre bonus offensif en poche, Clermont a réalisé une sacrée performance lors de cette phase de poule d'Heineken Cup. Samedi, sur la pelouse des Scarlets, les hommes de Vern Cotter ont une nouvelle fois récité leurs gammes. Supérieurs dans tous les domaines, ils ont étouffé les Gallois pour l'emporter largement (0-29). Un brillant parcours qui sera récompensé par une quart de finale à domicile.

4. La prestation majuscule de Benoit Paillaugue (photo)

Titularisé à la mêlée notamment en raison de ses talents de buteur, Benoit Paillaugue a entièrement justifié la confiance placée en lui par ses entraîneur. Auteur de 18 points au total (1 essai, 2 transformations et 3 pénalités), le demi-de-mêlée montpelliérain a survolé les débats contre Toulon. Les dirigeants du MHR, qui ont récemment prolongé son contrat, s'en frottent les mains.

5. Le caractère d'Oyonnax

Oyonnax, leader incontesté de Pro D2, s'est fait peur ce week-end contre Tarbes. Sur sa pelouse de Charles-Mathon, l'USO était mené 0-15 à la demi-heure de jeu. Mais, grâce à une incroyable force de caractère, les troupes de Christophe Urios ont réussi à renverser la vapeur pour finalement l'emporter (21-18) avec un essai de Koroivoutu à cinq minutes de la fin. Avec un tel mental, Oyonnax fonce tout droit vers le Top 14.