Flop 5 : On n'a pas aimé ce week-end...

Crédit photo: 
D.R.

Comme chaque semaine, Rugby-Transferts vous dévoile ses déceptions et ses coups de gueule du week-end. Durant ce week-end du 6 janvier, on n'a pas aimé...

1. Le peu d'essais marqués...

Si la dernière journée de l'année 2012 avait été très prolifique avec de nombreux scores fleuves, la première de 2013 fut pauvre en essais. En effet, seuls 15 essais ont été marqués ce week-end, dont cinq pour le seul match opposant Clermont à Montpellier. C'est le 3ème plus faible total de la saison après la 11ème journée (11 essais) et la 7ème journée (13 essais).

2. La faillite au pied de Pierre Bernard (photo)

Rory Kockott étant parti en Afrique du Sud, la responsabilité des tirs au but était confiée à Pierre Bernard pour le déplacement à Grenoble. Mais, peu utilisé cette saison, le demi d'ouverture n'a sans doute pas marqué des points auprès de ses entraîneurs, manquant quatre tentatives à Lesdiguières. Une faillite qui coûte cher au Castres Olympique, seulement battu de deux longueurs par le FCG.

3. L'indiscipline de Montpellier

Dans les clous en début de seconde période, où le tableau d'affichage n'indiquait que sept longueurs d'avance pour Clermont (20-13), Montpellier a baissé pavillon durant le deuxième acte. La faute, en grande partie, à une trop grande indiscipline. Sanctionnés à 13 reprises après les citrons, les hommes de Fabien Galthié ne pouvaient rivaliser en étant à ce point pénalisés. Dommage pour le MHR, qui a toutefois fait douter l'ASMCA sur plusieurs séquences.

4. Le 8ème revers Agenais de rang

Pourtant, tout avait bien commencé pour le SUA sur la pelouse d'Aguiléra, marquant un essai après moins de trois minutes par Opeti Fonua. Mais, toujours autant fébriles en mêlée fermée, les Agenais ont finalement baissé la garde pour ne ramener qu'un bonus défensif de Biarritz (16-11). Un huitième revers de rang pour les troupes de Philippe Sella, qui n'ont plus gagné en championnat depuis le 29 septembre dernier.

5. La fin de match bordelaise

Face à une équipe de Perpignan amputée de plusieurs cadres (Taumalolo, Guirado, Charteris ou encore Hook), Bordeaux-Bègles a longtemps cru à l'exploit sur la pelouse d'Aimé-Giral puisque l'UBB menait 16 à 15 à dix minutes de la fin. Mais, à cause de deux pénalités concédées et d'un essai casquette, les Girondins sont finalement repartis bredouilles de Catalogne. Rageant pour Laurent Marti et Raphaël Ibanez, qui n'ont d'ailleurs pas masqué leur mécontentement dans la presse.