Flop 5 : On n'a pas aimé ce week-end...

Crédit photo: 
D.R.

Chaque lundi, Rugby-Transferts vous dévoile ses déceptions ou ses coups de gueule sur le week-end du monde ovale. Voici donc le Flop 5 sur ce week-end du 5 mai.

1. La relégation du CA Brive

Accrocheur toute la saison, comme le montrent ses 10 bonus défensifs récoltés, le CA Brive a craqué sur la fin. A bout physiquement et moralement, les Corréziens n'ont pas existé face à l'Union Bordeaux-Bègles et comptent dorénavant cinq longueurs de retard sur Bayonne. Relégable pour la première fois de la saison, le CABCL, qui se rendra à Clermont samedi, n'y croit plus et travaille déjà sur la prochaine saison en Pro D2. Après Bourgoin la saison dernière, un autre club historique du championnat de France va quitter l'élite.

2. La manchette de Juan Manuel Leguizamon

Déjà coupable d'une violente manchette sur le Briviste Ronnie Cooke en février, Juan Manuel Leguizamon a récidivé ce week-end à Perpignan. La victime du troisième-ligne du LOU se nomme cette fois-ci Florian Cazenave. Un mauvais geste simplement sanctionné d'un carton jaune par Monsieur Attalah, qui n'avait pourtant pas hésité à sortir un carton rouge pour un plaquage dangereux de Guilhem Guirado quelques minutes plus tôt.

3. Le plaquage idiot de Geoffrey Doumayrou

Auteur d'un superbe essai en seconde période avec notamment un cadrage débordement sur Marcelo Bosch, Geoffrey Doumayrou aurait très bien pu ne jamais marquer cet essai. En effet, en première période, le trois-quarts centre Montpelliérain s'est distingué en assénant un plaquage cathédrale à... Marcelo Bosch, alors que ce dernier n'avait même plus le ballon en mains. Un geste idiot santionné d'un carton jaune qui aura pu (dû ?) être rouge.

4. Un derby cadenassé

Véritable huitième de finale, la rencontre entre le Racing-Métro et le Stade Français a déçu. En tribunes tout d'abord, puisque près de 30 000 places n'ont pas trouvé preneur, puis sur le terrain, où les deux formations ont parfois semblé paralysées par l'enjeu. Au final, à l'issue d'un match qui a manqué de piquant, les Franciliens l'ont emporté 19 à 13 et ont quasiment validé leur billet pour les barrages.

5. La mêlée agenaise

Mêlée la plus sanctionnée du championnat, la mêlée du SU Agen n'a pas fait mentir les chiffres samedi à Bayonne. Archi-dominé par le pack de l'Aviron Bayonnais, le huit de devant agenais a pris l'eau de toutes parts et a cédé devant la puissance des avants basques. Outre un carton jaune infligé à Semisi Telefoni, Monsieur Marchat n'a pas hésité à accorder un essai de pénalité en seconde période pour récompenser l'énorme domination de l'Aviron. Si le SUA veut viser plus haut dans les années à venir, il devra règler ce sérieux problème en conquête.

Nicolas Werquin